Opposition Jupiter 2018

Le 9 mai Jupiter est passée à l’opposition, c’est donc le moment pour l’observer et la photographier.

Avec ces 400mm de Ø et ces 9m de focale notre cassegrain est l’instrument idéal pour ce genre de cible. 

J’ai profité des ponts de mai et du ciel enfin dégagé pour observer la planète et tenter de faire des images.

Cette année (et les 2 ou 3 suivantes) la difficulté vient de la faible hauteur de la planète puisque celle ci culmine à environ 27°.

A cette altitude la turbulence est toujours présente et il faut vraiment une nuit très calme pour espérer sortir des images détaillées. Autre contrainte pour les images en couleur il est obligatoire d’utiliser un ADC (voir explications ici) pour compenser les effets de la réfraction atmosphérique (beaucoup plus forte dans le bleu que dans le rouge). Pour les images en infrarouge en revanche il est possible de s’en passer (entre 750nm et 1000nm la réfraction atmosphérique évolue peu).

Dernière obligation faire des vidéos de plusieurs minutes pour avoir suffisamment de bonnes images à utiliser.Normalement avec un télescope de ce Ø la rotation de Jupiter devient visible après environ 40s et dégrade les images. Heureusement il existe aujourd’hui des logiciels (winjupos, autostakkert) qui peuvent compenser cette rotation et il est possible d’aller jusqu’à plus de 10 min sans problème.

Au cours des 2 nuits ou j’ai suivi Jupiter je n’est pas eu de conditions de turbulence suffisamment bonnes pour faire des images en couleur je me suis donc rabattu sur l’infrarouge.

J’ai utilisé ma caméra ZWO178mm en binning 3 pour avoir un échantillonnage correct et les filtres IR742 et IR807. 

Les images suivantes ont été faites à partir de vidéo de 5 min avec des temps de pose de 5 à 15 ms. Le traitement a été fait avec PIPP (pré-traitement), Winjupos (dérotation et éphémérides), Autostakkert (sélection et empilement), Registax (amélioration de la netteté) et pour la mise en forme finale Gimp (équivalent gratuit de photoshop) . Bon c’est un peu laborieux mais il est possible d’arriver à un résultat correct plus simplement en utilisant uniquement Autostakkert et Registax.

Les vidéos ont également été analysées avec DeTeCt (voir ici). Ce logiciel permet de détecter des flashs du à des impacts sur la planète. Il est toujours possible que l’un de ces impacts se produise pendant une prise de vue, il serait dommage de passer à côté.

Rendez vous samedi 26 mai pour notre soirée d’observation, les conditions seront idéales avec un passage de Jupiter au méridien un peu après minuit un Ø de 44.4″ et la tache rouge visible dés le début de nuit.

Lionel

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu